Journal

T’sais si tu n’aimes pas l’idée de faire marche arrière t’as juste à te tourner et comme ça c’est pas marche arrière c’est encore par en avant.

La pierre philosophale c’est la gratitude. Il n’y a rien qu’elle ne transforme pas en or.

Quand des fois je n’aime pas
la position des nuages,
et bien je vis avec.
Quand des fois la vie ne me
donne pas une autre
chose que j’aimerais bien,
et bien je vis avec aussi.
C’est comme ça.

Une étoile
a besoin d’espace
et de vide.
Je pense que tu sais
pourquoi je te dis ça.

T’sais quand tu marches sur un sentier pis que tu dévies du chemin un peu et que tu cherches un instant ta direction, tu n’en fais pas tout un drame, tu ne remets pas tous tes choix en question pis tu n’as pas l’impression que tu dois aller faire une retraite de trois jours pour te réaligner sur le chemin—tu fais juste te laisser vagabonder un peu, tu ne t’en dis pas grand chose, et tu retournes sur le chemin un moment donné.

Arrête d’agir comme si tu n’étais pas une chose précieuse et importante du monde c’est niaiseux.

Ce n’est—jamais—une affaire personnelle et ce n’est—jamais—à propos de moi. Simplement parce que l’autre, prit dans son corps et ses pensées à lui, n’a et n’aura jamais accès à ce que je suis en dehors de lui-même. Et donc, il ne—peut—pas parler et pointer moi. Il peut juste pointer et parler de ce que ses yeux lui font voir. Ça ne—peut—pas être à propos de moi et ça ne le pourra jamais.

Lettre du dimanche