2 avril 2024

Honnêtement là, es-tu impressionnée par les qualités des gens, toi?

Je sais pas, on dirait que quelque part je m’en fou, moi, des qualités. T’sais j’ai jamais été impressionné ou inspiré quand quelqu’un m’a parlé de ses forces ou de ses qualités. J’me dis pas comme—wow, incroyable, inspirant, quelle grandiose personne.

J’me dis rien en fait. Ça me fait probablement le même effet que si elle avait juste fait un son continu avec sa bouche. Probablement que je réagirais plus, même, face à un son continu. Je rirais, t’sais. Mais les qualités, ça me fait rien, vraiment. On dirait que j’aime mieux quand on me parle de défauts, quelque part.

J’suis plus curieux pis intéressé par l’ombre de l’autre que de sa lumière. J’me sens comme plus proche de l’autre quand on se donne chacun la permission secrète de se montrer ce qui est laid dedans nous, que quand on essaie de s’éblouir l’un l’autre avec ce qui brille.

Quelque part, ce qui me touche, moi, ce qui m’impressionne, c’est bien plus quand quelqu’un ose me montrer le laid et prend le risque de me perdre, que quand quelqu’un essaie de me garder en ne me montrant que le beau. Mais peut-être que c’est juste moi, t’sais.