1 mars 2024

J’ai finis par me rendre compte qu’au final, ce qui compte—vraiment—ça ne s’accumule pas et ça ne se perd pas non plus. C’est ce qui est là depuis le début et qui restera jusqu’à la fin. Alors bien franchement—je—n’a rien à craindre.