Journal

Aujourd’hui fais donc plus de choses que quand tu les fais tu te sens bien que de choses que quand tu les fais tu te sens pas bien. Ou pas t’sais. Tu peux aussi faire plus de choses que quand tu les fais tu te sens pas bien que de choses que quand tu les fais tu te sens bien, c’est pour toi.

Peut-être, la prochaine fois que tu te dis que quelque chose est trop beau pour être vrai—prends un instant pour te demander pourquoi tu penses que le vrai—devrait être laid.

Je suis un primate qui porte des tubes de coton au bout de ses pattes arrières. Aussi donc, je trouverais ça je t’avoue bien difficile de me prendre très au sérieux.

Rebrousser chemin ce n’est pas rebrousser chemin parce que quand je rebrousse mon chemin je retourne mon corps de l’autre côté et donc rebrousser chemin c’est juste continuer d’avancer.

Penser à nous plus souvent qu’ils nous disent. Ça sonne très profond sur une couverture de livre, sauf que je sais pas pour toi, mais moi, penser à moi souvent, ça me semble bruyant et un peu redondant. Je préfère regarder les écureuils—ou me raconter une blague.

Je suis pas particulièrement convaincu de la différence entre essayer d’être comme les autres et essayer d’être unique. J’imagine que c’est parce que il n’y en a pas.

Honnêtement là, es-tu impressionnée par les qualités des gens, toi?

Je sais pas, on dirait que quelque part je m’en fou, moi, des qualités. T’sais j’ai jamais été impressionné ou inspiré quand quelqu’un m’a parlé de ses forces ou de ses qualités. J’me dis pas comme—wow, incroyable, inspirant, quelle grandiose personne.

J’me dis rien en fait. Ça me fait probablement le même effet que si elle avait juste fait un son continu avec sa bouche. Probablement que je réagirais plus, même, face à un son continu. Je rirais, t’sais. Mais les qualités, ça me fait rien, vraiment. On dirait que j’aime mieux quand on me parle de défauts, quelque part.

J’suis plus curieux pis intéressé par l’ombre de l’autre que de sa lumière. J’me sens comme plus proche de l’autre quand on se donne chacun la permission secrète de se montrer ce qui est laid dedans nous, que quand on essaie de s’éblouir l’un l’autre avec ce qui brille.

Quelque part, ce qui me touche, moi, ce qui m’impressionne, c’est bien plus quand quelqu’un ose me montrer le laid et prend le risque de me perdre, que quand quelqu’un essaie de me garder en ne me montrant que le beau. Mais peut-être que c’est juste moi, t’sais.