Journal

Tu n’es pas forcée de faire
de ce un moment
le reste de ta vie.

C’est bien difficile de lire ce qui se trouve sur la prochaine page d’un livre si on ne la tourne pas. Tout ce qu’on peut faire c’est de lire et relire encore et encore la même page et peut-être même finir par croire que c’est ça, la totalité de l’histoire. Sauf que non. Mais pour savoir le reste de l’histoire, il faut d’abord tourner la page.

Et j’imagine que si toi tu peux être—mal—toi, une fleur peut aussi être mal une fleur et un nuage être mal un nuage? Ou bien est-ce que tu n’appliques cet absurde et intransigeant standard qu’à toi?

Dans les prochains jours j’aimerais ça que tu fasses quelque chose.

Déplais.

Il n’y a rien de mal
à ne simplement
pas avoir envie
de vivre à la hauteur
de ton plein potentiel.

Des fois, ce qui te rend heureuse n’a absolument rien à voir avec ce dans quoi tu es bonne et c’est parfaitement ok de choisir de prioriser ta joie.

Alors autour de moi j’ai semé les graines dont je voulais un jour manger les fruits et j’ai déterrer celles que je voulais pas un jour manger les fruits alors aujourd’hui je mange des fruits que je veux manger et pas ceux que je veux pas manger. Qui l’aurait cru.

Flétrir n’enlève pas à la fleur sa qualité qui la rend précieuse. Peut-être qu’il y a quelque chose à apprendre là-dedans, pendant qu’on vieillit lentement nous aussi.

J’te le dis tout de suite, le gazon au sommet de la montagne est exactement aussi ordinaire que celui en bas. Mais bon, si tu veux aller vérifier par toi-même, vas-y donc.